Sélectionner une page
4 min

Les salaires minima dans la convention collective métallurgie (ingénieurs et cadres – BO n° 3025, IDCC 0650) ont été mis à jour par un accord signé le 11 avril 2023. Voici les nouveaux appointements annuels minimaux garantis à partir de l’année 2023.

Convention Collective Métallurgie : les spécificités du secteur

 

La convention collective de la métallurgie est composée de différents accord nationaux, s’adressant à toutes les catégories professionnelles de la branche : ouvriers, ETAM, ingénieurs et cadres. Par ailleurs, le champ d’application de cette convention collective couvre plusieurs métiers et acteurs économiques, comme par exemple l’aéronautique, l’automobile, la sidérurgie etc., sur le territoire national et les DOM.

La convention collective nationale et les conventions locales couvrant une région ou plusieurs départements s’appliquent à des domaines bien précis (la durée du travail, les salaires minima, la classification des emplois etc.), pour tous les salariés dans la branche de la métallurgie.

 

Ingénieurs et cadres de la métallurgie : salaires minima 2023

 

Des négociations en vue de la fixation des barèmes de salaires minima 2023 ont été entamées dès les mois de novembre 2022. Dans un communiqué de presse du 26 janvier 2023, les syndicats et le patronat de la métallurgie ont annoncé qu’aucun accord n’a été trouvé pour l’instant.

Après l’échec des négociations en début d’année, les salaires minima annuels pour les ingénieurs et cadres de la branche sont finalement revalorisés par un accord signé le 11 avril 2023. Ce texte prévoit notamment une augmentation de 4,7 % des grilles des salaires conventionnelles par rapport aux anciennes valeurs négociées en 2022.

Cet accord est entré en vigueur le lendemain de sont dépôt auprès des l’administration. Ses dispositions sont applicables pour une durée détérminée – seule l’année en cours – jusqu’à l’entrée en vigueur de la nouvelle convention collective nationale unique de la métallurgie.

Voici par la suite les minimas annuels à prendre en compte cette année pour les ingénieurs et cadres relevant de la convention collective métallurgie, en fonction de leur temps de travail :

Coeff. Base de 151,66
h/mois
Forfait
heures
1607 –
1767
h/an*
Forfait
heures
1768 –
1927
h/an*
Forfait
jours,
base 218
jours*
Forfait
sans
réf.
horaire
60 21 486 € 24 709 € 27 932 €
68 21 486 € 24 709 € 27 932 €
76 24 014 € 27 616 € 31 218
80 25 278 € 29 070 € 32 861 € 32 861 € 49 055 €
84 26 542 € 30 523 € 34 504 € 34 504 € 49 055 €
86 27 174 € 31 250 € 35 326 € 35 326 € 49 055 €
92 29 070 € 33 430 € 37 790 € 37 790 € 49 055 €
100 31 597 € 36 337 € 41 077 € 41 077 € 49 055 €
108 34 125 € 39 244 € 44 363 € 44 363 € 49 055 €
114 36 021 € 41 424 € 46 827 € 46 827 € 49 055 €
120 37 917 € 43 604 € 49 292 € 49 292 € 49292 €
125 39 497 € 45 421 € 51 346 € 51 346 € 51 346 €
130 41 077 € 47 238 € 53 400 € 53 400 € 53 400 €
135 42 656 € 49 055 € 55 453 € 55 453 € 55 453 €
180 65 407 € 65 407 € 65 407 € 65 407 €
240 87 209 € 87 209 € 87 209 € 87 209 €

 

*Durée annuelle de travail incluant la journée de solidarité

Ces montants sont applicables en prorata temporis en cas de survenance en cours d’année d’une entrée en fonction, d’un changement de classement, d’une suspension de contrat de travail, d’un départ de l’entreprise ou d’un remplacement provisoire.

 

Ouvriers et ETAM métallurgie : grilles des salaires régionales

 

Contrairement aux ingénieurs et cadres, les salaires minima des ouvriers, employés, techniciens et agents de maîtrise de la métallurgie sont fixés au niveau régional / territorial. Pour être sûr d’appliquer les bons montants, vous devez consulter la dernière version de la convention collective locale pour les ouvriers et les ETAM dans votre département.

Pour cette catégorie de salariés il faut distinguer entre :

  • le salaire minima garanti : minima annuel établi par la grille régionale en fonction du coefficient hiérarchique (temps complet, 35 heures/semaine);
  • la rémunération minimale hiérarchique : base de calcul pour la prime d’ancienneté, déterminée en fonction du coefficient hiérarchique et d’une valeur de point.

Afin de savoir si des nouvelles grilles de salaires ont été négociées dans votre département en 2023, veuillez consulter le Bulletin Officiel des Conventions Collectives pour les derniers avenants, accords et annexes parus pour la convention collective métallurgie de votre région.

 

Métallurgie : vers une convention collective nationale unique

 

Après plus de cinq ans de négociations, les partenaires sociaux de la métallurgie sont enfin arrivés à un accord concernant l’évolution du dispositif conventionnel de la branche. Ainsi, le 7 février 2022, ils ont signé une nouvelle convention collective devant remplacer les 78 conventions collectives existantes dans le secteur de la métallurgie (sidérurgie, aéronautique, extraction de minerais, logiciels de conception numérique…). Ce texte a été étendu par arrêté du 14 décembre 2022 (JO du 22).

Au total, 1,5 millions de salariés et 42 000 entreprises relèvront de cette convention collective nationale unique, simplifiée et avec des dispositifs renforçant l’attractivité des métiers, la protection et le dialogue social. De plus, cette CCN instaura une grille unique de classifications :

 

  • basée sur des nouveaux critères pour prendre en compte la diversité des emplois et des compétences mises en œuvre ;
  • repartie sur 10 niveaux et 18 coefficients, chacun associé à un minimum de branche ;
  • abandon des critères cadre, non cadre, ouvrier, technicien.

 

Ce nouveau texte va prévoir une grille des salaires unique, négociée au niveau national, pour les ouvriers, ETAM, ingénieurs et cadres de la métallurgie. Les employeurs de la métallurgie ont jusqu’au 1er janvier 2024 pour adapter leurs structures à ces nouvelles dispositions, date à laquelle cette convention collective unique entrera en vigueur.

Les nouvelles grilles des salaires négociées en 2023 continueront de s’appliquer jusqu’à la fin de l’année, en attendant l’entrée en vigueur de la nouvelle convention collective unique de la métallurgie au 1er janvier prochain.